Goma : Nikki Haley accueilli sur fond de tension politique

(Nikki Haley, David Gressly et Derick Ngwebi à Goma jeudi 26/10/2017
Photo MONUSCO/Myriam Asmani)

L’ambassadrice des Etats unis à l’ONU Nikki Haley est arrivée ce jeudi 26 octobre à Goma. Elle s’est vite rendue à Kichanga pour rendre visite aux refugiés, l’un de camps que les autorités provinciale du Nord-Kivu veulent fermer. En marge de cette visite, les opposants réunis au sein du rassemblement ont fait un sit-in devant le quartier général de la MONUSCO pour solliciter l’implication des Etats-Unis pour mettre la pression sur les institutions actuelle de la RDC dont le départ est attendu cette fin d’année,  selon l’accord de la saint-sylvestre. Jean baptiste Kasekwa de l’ECIDE et porte parole des manifestants a rappelé à l’envoyée de Donald Trump la nécessité de faire respecter la lettre et l’esprit de ce document signé en décembre 2016 par le pouvoir et l’opposition sous l’égide des évêques catholiques.  

Lors de son arrivé à Kitshanga, Nikki Haley a recommandé à la communauté internationale de «faire ce qui est nécessaire pour permettre aux femmes déplacées de retourner dans leur milieu d’origine». 

 Selon le site d’informations radiookapi.net,  Nikki Haley a affirmé que cette question ne relève pas uniquement des Nations-unies, mais aussi du gouvernement Congolais.
 L’envoyée de Donald Trump répondait ainsi ce jeudi 26 octobre à Kitshanga (Nord-Kivu) aux préoccupations des femmes déplacées qui lui ont présenté les conditions difficiles dans lesquelles elles vivent. Ces femmes souhaitent retourner chez elles.
 Nikki Haley a aussi rencontré à Goma le Commandant de la force onusienne en RDC, le général  Derick Ngwebi avant de s’entretenir avec le représentant spécial adjoint du secrétaire général des Nations-unies en RDC, M. David Gressly.
 Avant de quitter Goma, Nikki Haley s’est rendue au siège de l’ONG CAJED où elle a  assisté à une représentation de la Capoeira par des enfants sortis des groupes armés. La Capoeira, est un sport pratiqué Brésil qui allie la danse aux arts martiaux. Ce projet est soutenu par l’UNICEF qui vise à de traumatiser ces enfants pour les amener à réintégrer de nouveau la société.
 Notons que le tête avec le gouverneur annoncé au menu n’était pas encore possible jusque ce soir, l’hôte avait visiblement beaucoup de rendez vous, annonce une source proche de la MONUSCO.


 


Publié le 27/10/2017 à 07h10min06s
Cliquez sur les boutons ci-dessous pour partager ce cintenu à vos amis