Lubero : les populations soumises à des servitudes par les miliciens dénoncent l’indifférence des ONG/DH et de la MONUSCO

Les populations civiles qui se trouvent dans les zones occupées par les miliciens mai-mai dans le Sud du territoire de Lubero au Nord-Kivu sont soumises à des servitudes innombrables. Alors qu’il y a une semaine les habitants de la localité de Kitsombiro ont été interdits de porter les chaussures sans aucune raison par les mai-mai Mazembe, d’autres atrocités se dénombrent dans des zones assiégées par les miliciens Nduma Defense of Congo, NDC.  

Dans les localités de Kaviro, Kasugho et Kagheri à une quarantaine de Km de Lubero-Centre, les mai-mai NDC y ont déjà instauré diverses taxes. Tout résidant doit débourser 1000 francs congolais par mois, les exploitants forestiers 20 dollars et chaque fermier donne une bête en guise d’effort de guerre. « Les miliciens se sont déjà donné le monopole de la vente de la viande dans ces villages. Les insolvables risquent la mort », témoigne un habitant. « Ils disent qu’ils ont établi leur gouvernement, ils ramènent les biens, surtout les bêtes qu’ils pillent dans les fermes des paysans, les ramènent et les revendent eux même. Toutes les boucheries de Kasugho et de Kagherie leur appartiennent. Et, ils vous obligent de prendre de leur viande », raconte cet habitant.     

Il déplore l’indifférence  des ONG de défense de droits de l’homme, l’armé et de la mission de l’ONU (MONUSCO). « Nous attendons souvent les gens dire avec des slogans tels droits de l’homme, violence ; mais où sont-ils pendant qu’ils ne veulent pas venir percevoir la souffrance que des pauvres paysans endurent à Kasugho. Même la MONUSCO, nous la voyons quitter Mulo et rentrer par la barrière de Lubero-centre. On se demande, d’où viennent les tenues qu’ils portent ?»  

Pour sa part le porte-parole des opérations Sokola 1 sud, le lieutenant Jules Ngongo fait savoir que la localité de Kasugho n’est pas du tout sous contrôle des mai-mai. Selon lui, ces miliciens restent cachés dans des montagnes où ils viennent pour s’apprendre à la population dans les localités précitées. Il a aussi réagit aux allégations selon lesquelles les miliciens affilent une tenue semblable à celle des  FARDC en disant que c’est faux. 


Publié le 11/01/2018 à 11h48min48s
Cliquez sur les boutons ci-dessous pour partager ce cintenu à vos amis