Portait: Kayenga, la cuisine est pour moi une passion

actualites Grands Reportages LA UNE

L’humanité célèbre la Journée internationale des Cuisiniers chaque 20 octobre de l’année. Proposée par la World Culinery Association, WACS, la journée est fêtée depuis 2004. Elle vise à sensibiliser le public aux réalisations, aux mérites et à l’importance des tous ces hommes et femmes qui travaillent professionnellement en tant que cuisinier. A cette occasion, la Radio Moto Oicha, vous fait découvrir l’un de ces hommes, monsieur KAYENGA Emmanuel. Il travaille à la cuisine du presbytère de la paroisse Notre Dame des Pauvres de Mbau depuis une trentaine d’années.

Emmanuel KAYENGA est né à Kipese dans le territoire de Lubero en 1978. Il est arrivé à Mbau, chef-lieu du secteur de Beni-Mbau dans le territoire de Beni,  à la suite de son grand frère qui venait de renoncer à la carrière militaire. Il étudie jusqu’à la 2ème année secondaire. Alors servant de messe à 12ans, les responsables de la communauté religieuse des Augustins de l’Assomption de la paroisse catholique Notre Dame des Pauvres de Mbau en territoire de Beni dans le diocèse de Butembo-Beni,  va l’intéresser à ce travail qu’il s’est taillé désormais comme carrière. « J’ai suis cuisinier depuis 1989. J’étais servant de messe quand les prêtres mon sollicité. J’ai tout abandonné pour commencer ce travail. C’est la période de feu Père Edgar (=missionnaire assomptionniste Belge) », explique monsieur KAYENGA. Tout ce que l’homme connait maintenant vient de l’expérience reçu auprès de ses collègues dans le métier, certains de ses patrons, les prêtres. C’est aussi le fruit d’une curiosité objective dit-il. « Avant on se rencontrait avec les autres (cuisiniers des communautés religieuses) lors de retraites des prêtres. Avec les amis on s’échangeait d’expériences », se souvient-il en souriant. KAYENGE a appris aussi à plusieurs autres ce métier. C’est auprès de lui que les cuisiniers de paroisses créent après celle de Mbau, ont appris à cuisiner. « Si quelqu’un veut apprendre auprès de moi, suis disposé à partager ce que je connais. Il ya plusieurs qui sont passés par mes mains surtout ceux qui ont œuvré dans les cuisines des paroisses Oicha, Kasana-Eringeti ainsi que la plus récente, celle de  Mabasele », déclare ce cuisinier en chef du presbytère de la paroisse de Mbau. Patient et déterminé, il réussit à s’adapter aux comportements de chacun de ses bosses et n’a aucune rancune envers personne, « Chacun à ses caprices mais nous l’accueillons et le servons tel quel » poursuit notre interlocuteur.   

Les difficultés dans le boulot, il en a eu. Cependant l’enlèvement de trois prêtres m’a fort touché, regrette monsieur KAYENGA « La plus grande difficulté c’est quand on a enlevé les prêtres et je suis resté seul ici à la communauté ». 

Père d’une famille, Emmanuel KAYENGA nous rassure qu’il est lui aussi heureux comme tout homme d’arriver à la maison et de savourer la cuisine de son aimable épouse. Il ne voit pas pour quoi il peut abandonner la cuisine si ce n’est la volonté de Dieu.   

                                                    Stanley MUHINDO  

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *