Territoire de Beni: Plusieurs femmes n’ont pas bénéficiée de la sensibilisation durant les 16jours d’activisme faute des moyens financiers

actualites LA UNE

Au-moins 500 femmes, leaders des associations féminines ont été capacités à l’espace de 16 jours, sur la lutte contre les violences basées sur le genre à Oicha, chef lieu du territoire de Beni et environs. Cette révélation a été faite ce Vendredi 10 Décembre 2021 à Radio Moto Oicha par la cheffe de bureau du service genre, famille et enfant à territoire de Beni. C’était à l’occasion de la clôture de la campagne de 16 jours d’activisme contre les violences faites aux femmes et celles basées sur le genre. Au cours de cette campagne, ces femmes issues des différentes couches de la communauté locale, ont participé aux différents ateliers de formation, organisés par les 0NG locales amis certaines autres n’ont pas été atteintes fautes de moyens suffisants.

Près de 10 organisations locales de défenses de droits humains se sont mobilisés pendant 8 de ces 16 jours, pour colorer cette campagne particulièrement en commune d’Oicha. Vu plusieurs cas enregistrés dans ce domaine (violences contre la femme et basées sur le genre) dans la région, ces ONG/DH ont la plupart centré leur capacitation sur la lutte contre les grossesses précoces et le mariage forcé, conformément au thème adopté localement.

 Madame Bernadette Mbamulyakoki, se réjouit de l’appropriation de cette lutte par les femmes rencontrées et les hommes capacités sur la masculinité positive. Désormais ils ont une très grande responsabilité dans l’éradication de toutes autres sortes de violences basées sur le genre, dit-elle.

Seize jours de sensibilisation et de mobilisation, la cheffe du genre, famille et enfant en territoire de Beni, déplore le fait que plusieurs autres femmes n’ont pas bénéficié de cette sensibilisation par manque des moyens pour les atteindre dans leurs villages respectifs.  « Les gens sont maintenant habitués au rythme des humanitaires ; réunir les gens, il faudra de l’eau à boire et un peut de transport. Mais nous, on a été là avec les moyens de bord ce qui ne nous a pas facilité la tâche. Il faut quand-même un accompagnement financier de la part du gouvernement pour promouvoir les droits de l’homme et diminuer les violences», déclare-t-elle.                                           

Disons que dans un vox pop réalisé la veille, certaines femmes venaient de déclaré n’avoir été invitées à aucune rencontre entrant dans le cadre de 16jours d’activisme. Elles dénonçaient le fait que les activités ne soient qu’organisées pour les mêmes personnes.  Rappelons que cette campagne avait été lancée le 25 Novembre 2021 dernier.

                                                                          Bradeau Nganga Victor

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *