Territoire de Beni: la zone de santé de Oicha, dans l’incapacité de faire le suivi d’un cas probable d’Ebola

actualites LA UNE

Il est actuellement difficile de se prononcer clairement sur un cas probable d’Ebola dans la zone de santé de Oicha. C’est ce qu’a déclaré le superviseur en charge de  soins préventifs de la dite zone de santé. C’était au cours d’une interview accordée ce mardi 26 octobre 2021 à la Radio Moto Oicha. Il appelle cependant toute la population à redoubler la vigilance et au respect des règles d’hygiène afin de riposter contre la 13ème épidémie de Ebola à Beni.

L’infirmier KULE KYUSA parle d’une alerte reçu des agents de santé de la zone de santé voisine de Beni. Le cas dont il est ici question serait un enfant de 13mois qui aurait été suivi à MAMOVE, une aire de santé de la zone de santé de Oicha (18km à l’Ouest de Oicha, chef-lieu du territoire de Beni), mais qui ne fonctionne plus faute de sécurité. Et donc, le cas a été suivi dans une structure privée, jusque là inconnue entre le 26septembre et le 03octobre dernier. « On a été alerté par les amis de Beni nous affirmant qu’en faisant le mapping pour ceux-là qui sont décédés du virus Ebola, c’est comme-ci il y avait aussi une parenté, un enfant de 13mois qui est passé par Mamove. Les parents étaient partis pour le champ et l’enfant était tombé malade. Il a été observé dans un poste de santé de la place on ne sait lequel à Mamove. Vu que la santé de l’enfant ne s’améliorait pas, la maman a jugé mieux ramener l’enfant chez-eux à Bini et c’est là qu’il est décédé », explique l’infirmier  KULE KYUSA. Mais les responsables de la zone de santé se trouvent dans l’incapacité d’aller jusque Mamove à cause de l’insécurité. « A notre niveau, on a jamais été à Mamove vu l’insécurité sur l’axe routier et à Mamove même. Et jusqu’à présent, nous n’avons pas le nom de  cet enfant. Si on avait l’occasion on pouvait y aller et sillonner tous les postes de santé qui fonctionnent maintenant et voir si exactement l’enfant avait été interné dans l’une de ces structures», plaide cet agent de santé public.   Il demande aux infirmiers des structures privées, sur place à MAMOVE, de tout faire pour identifier le cas pour un suivie conséquent. « Ils sont entrain de suivre la Radio. Et si l’un d’eux (infirmiers ou responsables de postes de santé) reconnait avoir reçu un cas pareil, il peut venir au bureau de la zone de santé pour nous en dire plus », conclut le superviseur KULE KYUSA. Nous rappelons que c’est depuis le 08octobre dernier que le ministre congolais de la santé a confirmé la résurgence de la maladie à virus Ebola à Beni. Actuellement le cumul des cas est de six dont quatre décès communautaires.  

                                                                     Stanley MUHINDO

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *