Territoire de Beni: l’administrateur militaire rassure les habitants de Watalinga quant à l’entrée des troupes ougandaises

actualites LA UNE

La population ne doit pas céder à la panique suite à l’entrée des troupes militaires ougandaises sur le sol congolais. C’est ce que recommande l’administrateur militaire du territoire de Beni à ses administrés de la chefferie de Watalinga et se environs. Le colonel Ehuta Omeonga Charles l’a dit au cours d’un meeting populaire qu’il a tenu l’après midi du Samedi 11 décembre au centre commercial de Kamango, chef lieu de la chefferie de Watalinga, frontalière avec l’Ouganda.

Dans son discours d’au moins 15 minutes, l’exécutif territorial a redonné espoir aux habitants de différents coins de la chefferie de Wantalinga qui sont venus l’écouter.

Le Colonel Omeonga Charles a réaffirmé sa détermination ainsi que celle des forces de défenses et de sécurité nationales en mèche avec l’armée ougandaise UPDF, d’en finir complètement avec le phénomène rebelle particulièrement le phénomène ADF. « S’il faut un accord avec le diable, je le faire pour que nous recouvrions la paix. Je vais même accepter mourir », a déclaré l’autorité territoriale.  

Une occasion pour l’administrateur du territoire d’inviter la population à ne pas céder à la panique face à l’entrée de cette armée étrangère sur le sol congolais. « Et si vous voyez ces voisins entrés sur notre sol, c’est pour que nous puissions unir les forces ; savoir qui est exactement l’ennemi », a poursuivi le colonel EHUTA OMEONGA devant la population. Et la visite s’inscrivait aussi dans le cadre du renforcement de la collaboration ou du mariage civilo-militaire, le chef de l’exécutif territorial a affirmé compter sur l’appui de la population pour que cette nouvelle vague d’opérations (FARDC-UPDF) réussissent. Il faut signaler qu’il s’agit de la première visite du colonel Ehuta Omeonga Charles à Watalinga, depuis son installation à la tête du territoire de Beni comme autorité de l’Etat de siège.

Nganga Victor et Stanley M

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *