Beni-Territoire : non à la grossesse précoce et non au mariage forcé, c’est le thème qui sera à la une durant 16 jours d’activisme de lutte contre les violences sexuelles et basées sur le Genre dans le territoire de Beni.

actualites

La campagne de 16 jours d’activisme de lutte contre les violences sexuelles et basées sur le Genre a été lancée  ce jeudi 25 novembre 2021. C’était à l’occasion de la journée Internationale pour l’élimination des violences à l’égard des femmes célébrée le 25 novembre de chaque année.  La Coordination de Violences Sexuelles Basées sur le Genre  en Territoire de Beni en collaboration avec la zone de Santé d’Oïcha qui ont lancé cette campagne, se sont engagées dans la sensibilisation de la communauté afin de réduire les violences basées sur le genre.

A cette  30ème  édition, représentant de l’administrateur militaire du territoire de Beni, monsieur KALIVWA SOMO Dieudonné chef du développement rural territoire de Beni, a dans son mot d’ouverture, déclaré : « Nous apprécions l’idéal qui nous fait assoir dans cette salle. Nous recommandons que la sensibilisation s’effectue d’un quartier à un autre »

Ces 16 jours d’activisme pour mettre fin à la violence faite aux femmes sont une campagne internationale qui se tient chaque année et vise à prévenir et éliminer les violences liées au genre. Monsieur Jackson WAMBWE, secrétaire du service genre famille et enfant en territoire de Beni parle du thème retenu au niveau local et des différentes activités prévues pendant ces 16 jours. « Ici localement nous avons choisis le thème : Non à la grossesse précoce et au mariage forcé. Au courant de ces seize jours, nous allons tous nous mobiliser pour faire les sensibilisations et montrer à la communauté les Violences basées sur le genre et comment on peut faire pour éliminer cette violence à l’égard de la femme et de la jeune fille »  a indiqué Monsieur Jackson WAMBWE, secrétaire du service genre famille et enfant en territoire de Beni.

Pour conclure la cérémonie, certaines stratégies qui seront mises en œuvre pour faciliter la dispense des notions prévues ont été exposées et discutées dans l’assemblée. Notons que cette campagne  débute ce 25Novembre, journée Internationale pour l’élimination des violences à l’égard des femmes et s’achève le 10 décembre, journée des droits de l’Homme.

Rachel VYNIE et MARIE WA-KAZA

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *