Santé-Beni : Les conséquences de l’automédication dans une Zone en proie à Ebola et corona virus

Santé

Dans la zone de santé d’Oicha, nombreux  habitants se donnent à l’automédication. Certains sont influencés par la rumeur selon laquelle lorsqu’on se rend à l’hôpital à cette période d’Ebola et de Coronavirus, on peut arriver à vous déclarer, à l’issus des examens de laboratoire que vous êtes un cas positif d’Ebola ou de coronavirus.  Ce comme ça qu’il y a des décès communautaires qui sont parfois enregistrés dans la zone.

Certains malades préfèrent aller directement à la pharmacie sans même faire un contrôle médical ou passer par des examens de laboratoire. Ça devient aussi comme un commerce des médicaments par les pharmaciens qui sont contents d’accueillir des malades qui viennent même sans ordonnance médicament. Pourtant, Ebola vient de réapparaitre dans la zone de Beni. Les statistiques font état de 6 décès et plusieurs cas contacts.  Aussi, comme partout dans le monde, cette zone de Beni est aussi touchée par la pandémie de Coronavirus. Le risque est que lorsque les gens ne se rendent pas à l’hôpital et préfèrent l’automédication, cela peut favoriser la propagation de ces épidémies.

Dans ce magazine réalisé par la Radio Moto Oicha, vous écouterez quelques habitants de la commune d’Oicha, chef lieu du territoire de Beni,  qui déclarent que c’est le manque d’argent qui les pousse à l’automédication et ils affirment qu’à la pharmacie ils sont vite soignés qu’à l’hôpital.  Dans le même magazine, une femme témoigne qu’elle a appliqué l’automédication à son enfant mais l’enfant n’était pas guéri jusqu’à ce qu’elle s’est vite précipité à l’hôpital pour sauver son enfant. Le personnel soignant conseil les malades à se rendre à l’hôpital dès qu’ils se sentent mal. L’infirmier titulaire du centre de santé merlin en commune d’Oicha explique que l’automédication ne pas conseillé surtout dans cette zone fait face à Ébola et covid19. Et pourquoi se faire soigner à la maison sans même savoir la maladie qu’on traite réellement ?, s’inquiète-t-il.

Nous vous proposons de trouver ici ce Magazine produit à kiswahili, une langue locale de la région. Il a été produit par Marie Wakaza, avec le soutien du Collectif des Radios et Télévisions Communautaire du Nord Kivu, CORACON en sigle.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *