Territoire de Beni: les déplacés envahissent un site non achevé

actualites LA UNE

Un nouveau site de déplacés est en pleine construction dans la commune rurale de Oicha, chef-lieu du territoire de Beni au Nord-Kivu. Il est localisé dans la concession de la CECA20 derrière  l’Institut de techniques Médicales (ITM/Oicha.) Construit par le Conseil Norvégien pour le Réfugiés (NRC), ce site pourra aider au désengorgement des écoles MWANGAZA, MABALAKO et autres. Avant la fin de travaux, les déplacés y vivent déjà depuis plus de cinq jours et ne cachent pas leur satisfaction. Les activités sont encore intenses dans ce nouveau site. Mais aussi le nombre de locataires s’intensifie chaque heure. Ces déplacés en majorité des pygmées, viennent de l’école primaire Mwangaza où ils ont vécu depuis plus d’une année. Ils disent déjà heureux de vivre dans ce nouvel endroit. Monsieur Leonard OTSU ABSENT au nom de leurs compatriotes, apprécie positivement le site bien qu’à construction « Voici mon cinquième jour dans ce site, c’est vraiment bon. A l’école sous souffrions : il fallait débarrasser les salles chaque jour mais ici nous dormons et nous réveillons quand on veut », se réjouit-il.   Alors qu’aucune autorisation ne leur avait été donnée, ces compatriotes affirment avoir agit ainsi vu la souffrance endurée dans les salles de classes. « C’est cette souffrance qui nous poussé à agir ainsi. Nous ne pouvons plus revenir dans les salles de classe, nous sommes déjà dans des maisons. Les travaux se poursuivrons et nous, on sera là », déclare monsieur Leonard OTSU

Et comme tout est en chantier, certaines questions doivent attirer l’attention du partenaire. Madame Apolline KISUBI, veut qu’ils soient aussi dotés des lits et qu’on songe à l’eau.

Disons que ce nouveau site, une fois achevé, pourra accueillir plus d’une centaine de ménages. L’objectif c’est libéré les salles de classes occupées depuis longtemps par les déplacés venus de plusieurs villages du secteur de Beni-Mbau fuyant les massacres attribués aux ADF, a indiqué Mr KIKUKU Nicolas, bourgmestre de Oicha. Cette même autorité déplore le fait que ces déplacés à majorité de pygmées occupent le site sans aucune autorisation.  Le numéro un de Oicha interdisait ainsi tout mouvement vers ce site et mettait en garde ceux qui encouragent l’agissement de ces pygmées.

                                                                        Stanley MUHINDO

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *