Territoire de Beni: « Nous soutenons ces opérations conjointes FARDC-UPDF mais nous demeurons prudent » déclare la société civile

actualites LA UNE

La société civile du territoire de Beni soutient la mutualisation des forces entre FARDC et UPDF. Les forces vives de Beni qui affirment  demeurer sur leurs gardes, estiment qu’il est temps que l’Ouganda  se rachète, vu le passé frustrant entre la RDC et l’Ouganda.

Le vice-président de la société civile du territoire de Beni, reconnait que le passé entre le deux pays est tellement sombre que personne ne pouvait soutenir une telle initiative. Mais la souffrance qu’endure la population nous pousse à épouser toute stratégie que proposera le gouvernement dans le but de restaurer la paix chez-nous, indique Monsieur Richard KIRIMBA. « Vous savez, de part l’histoire, la société civile n’encouragerait pas l’Etat congolais à mener les opérations conjointes entre les armée congolaise et ougandaises vu les frustrations du passé. Mais compte tenu des événements actuels, la société civile soutient les opérations conjointes FARDC-UPDF parce que la population de Beni est non seulement fatiguée, meurtrie mais découragée, démotivée,  et là on est à l’étape où on a besoin de la paix, de la sécurité par n’importe quel moyen que va utiliser l’Etat».

Il affirme que la société civile demeure prudente quant au comportement des troupes et l’efficacité des opérations. «Donc nous, on soutient les opérations mais on reste prudent quant aux conséquences de cette collaboration », a dit   Richard KIRIMBA.  Il souhaite que ces opérations réussissent, « Cette fois là, il faut que ces opérations réussissent ».  Le vice-président de la société civile territoire de Beni  demande aux collabos des adf, parmi la population et dans l’armée de reprendre conscience.

Disons que c’est depuis plus d’une semaine que les troupes ougandaises opèrent sur le sol congolais contre les adf. A l’heure qu’il est, on n’a pas assez d’informations sur l’évolution des opérations.

                                                         Stanley MUHINDO

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *