RDC : que retenir de ce nouveau système d’enseignement à l’université

actualites Education LA UNE

Le ministère de l’enseignement supérieur et universitaire, ESU, a institué le système d’enseignement, Licence Maitrise Doctorat, LMD, dans toutes les institutions du pays. Il s’agit d’une instruction qui ne doit souffrir d’aucune faille dans son exécution tel que recommandé. La Radio Moto Oicha a voulu savoir à quoi consiste ce nouveau système dans l’enseignement supérieur. Le secrétaire général académique de l’ISP/Oicha parle d’un mode qui joue en faveur des apprenants.

Le Chef de Travaux KASEREKA MULIMAPOSO Sero-Man indique que le système LMD vient renforcer l’ancien système d’enseignement. Le cycle de gradué doit laisser la place à la licence qu’on obtiendra à 3ans. « Si je commence par le sigle L c’est Licence, M master, D doctorat. Au niveau de l’ESU nous retenons trois cycles à partir de ce singlet là LMD. Le premier cycle, BAC+3 aboutit à la licence, on parle de L1 contrairement à l’ancien système ou c’était G1 et l’on trouvait le graduat. Au niveau du deuxième cycle, BAC+5, l’on aboutit au master M1 et M2 ancien L1 et L2  ensuite l’on passe au troisième cycle» a-t-il indiqué.  

Il parle de plusieurs avantages. Pour les universitaires, à trois ans ils obtiendront un diplôme dument reconnu partout et ceux des institutions supérieurs auront les mêmes avantages que leurs collègues de l’université. « L’avantage est que celui qui a fait l’université s’il s’arrête au niveau de G3 actuel L3 il va travailler directement contrairement à l’ancien système. Et aussi ceux qui sont aux institutions supérieures auront à bénéficier des avantages qu’avaient les  universitaires donc la licence sera unique » se réjouit le Chef de Travaux KASEREKA MULIMAPOSO Sero-Man.  

Le chef de travaux MULIMAPOSO reconnait qu’il faudra beaucoup des moyens et de sacrifices de la part des institutions ainsi que des partenaires dans le secteur. « Justement le gouvernement doit financer ce nouveau système parce que il demande plusieurs nécessaires. L’étudiant et l’enseignant doivent  maitriser l’outil informatique, doivent être fort dans les recherches  et aussi être disponible. Il faut des moyens financiers aussi. De toute façon nous allons commencer avec les peu de moyens que nous avons » conclut-il.  

Les enseignants et responsables des établissements supérieurs et universitaires de Beni- ville et territoire ont déjà reçu la première formation sur ce nouveau système d’enseignement. Chaque institution s’efforce maintenant à multiplier ces séances en faveur de son personnel.   

Stanley MUHINDO

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *